Les mythes en musculation et nutrition

Les mythes en musculation et nutrition

17 décembre 2014 | consulté 5743 fois

Voilà un petit article vous éclairera sur certaines affirmations que l’on peut entendre à la salle ou ailleurs.

Quand doit-on faire de la cardio ? Avant ou après la musculation ?

Certains pensent qu’en effectuant leur cardio après la musculation, leur séance en deviendrait inutile. Hé bien c’est FAUX ! En effet une étude a prouvé que lors des exercices de musculation, le taux d’hormone de croissance et de testostérone était plus élevé. Ces taux restaient élevé lors d’une séance de cardio post-musculation. Ces taux supérieurs à la normale favorisaient considérablement la dégradation des graisses comparé à une séance de cardio faites en "pré-musculation".

Verdict : pour sécher et développer son muscle, il est plus judicieux de faire son cardio après la muscu !

Faut-il s’entrainer lorsque l'on est courbaturé ?

On entend souvent qu’il ne faut pas solliciter un muscle courbaturé car cela augmenterait le catabolisme musculaire ou à l’inverse qu’il faut forcer à nouveau sur le muscle courbaturé car çela augmenterait la force. Hé bien de ces deux affirmations, aucune n’est vraie. En effet, des études faites sur des sujets ayant travaillé les biceps deux jours d'affilés puis 4 jours plus tard même en présence de courbatures, n’a aucunement accéléré le catabolisme ou augmenté la force.

A l’issue de cette expérience, il a été démontré qu’afin de solliciter un muscle de nouveau après des courbatures, il fallait attendre 48 à 72h pour que l’exercice soit le plus efficace possible.

Est-il vrai que l’on ne peut digérer que 30g de protéine par repas ?

Cette affirmation n’a jamais été scientifiquement prouvée.

En effet l’assimilation des protéines dépend de plusieurs facteurs comme la vitesse du transit intestinal, les besoins de récupération de l’organisme, la capacité d’assimilation du système digestif, la quantité de protéines avalées et les calories provenant des lipides et glucides. Vous comprendrez donc que ces données varient en fonction de chaque individu et que donc on ne peut pas fixer un grammage limité de protéine par repas. Quoi qu’il en soit, on retiendra que la quantité de protéine pouvant être absorbée durant un repas n’est pas illimitée, c’est pourquoi il est recommandé de fractionner ses apports en 6 repas par jour (shakers compris). On comptera environ 1,8g à 2g de protéine par kilo de poids de corps par jour à répartir sur les 6 repas, soit pour une personne de 80 kg, un apport de 24 à 27g de protéine par repas. Mais la limite de 30g n’est pas une limite prouvée scientifiquement.