Les acides aminés et leur utilité

16 juillet 2015 | consulté 2835 fois

Nous savons tous que prendre des acides aminés, permet d’optimiser notre croissance musculaire, mais savez-vous réellement sur quel métabolisme ils vont agir ?

Qu'est-ce qu'un acide aminé ?

Les acides aminés sont de petites molécules organiques composées de C, H, O, N et S.  Ils sont au nombre de 250, mais seulement 20 d’entre eux rentrent dans la constitution d’unités monomériques des peptides et des protéines de l’organisme humain. Ceux sont les acides aminés protéinogènes. Certains acides aminés sont aussi cétogènes (Ils participent à la formation des cors cétoniques hépatiques), glucoformateurs (Ils entrent dans la constitution du glucose hépatique) ou bien encore participent à la formation d’acides gras dans le foie.

Chez l’homme on compte 8 acides aminés essentiels, c’est-à-dire que le corps ne peut synthétiser seul et nécessite donc un apport exogène.

Ces acides aminés sont : le tryptophane, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la thréonine et les BCAA (valine, leucine et l’isoleucine). Deux autres, l’histidine et l’arginine, sont dits demi-essentiels car seuls les nourrissons ont besoin d’un apport exogène (on les trouve dans le lait maternel). Certains acides aminés classés non indispensables peuvent être considérés comme indispensables lorsque le corps ne les synthétise pas suffisamment, en raison d’une condition physiologique et / ou d’un dérèglement organique fonctionnel.

On parle souvent de protéine de bonne qualité nutritionnelle mais qu’est-ce que cela signifie ?

Une protéine alimentaire est dite de bonne valeur biologique (nutritionnelle) si et seulement si, elle contient les huit acides aminés indispensables dans les proportions adaptées aux besoins de l’organisme. Si un seul acide aminé indispensable est déficitaire, l’utilisation des autres acides aminés non indispensables est limitée. On dit que cet acide aminé est le facteur limitant de l’aliment.

Voyons maintenant les différentes utilités des huit acides aminés essentiels

La L-lysine : cet acide aminé est indispensable à la croissance osseuse, à la formation du collagène et aux défenses immunitaires. Il se trouve facilement dans la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers, les légumineuses et surtout le soja. Il s’agit du facteur limitant dans les céréales. Sous forme de compléments, la L-lysine permet de réduire l’intensité et la fréquence des poussées d’herpès labial, à raison de 1 à 3g par jour, toujours en dehors des repas. De plus lors d’efforts intenses et répétés, il permet la reconstitution des collagènes articulaires, permettant d’éviter à l’usure des blessures au niveau des articulations, surtout les épaules.

La L-méthionine : cet acide aminé fait partie des substances dites lipotropiques, c’est-à-dire qu’il favorise le travail du foie dans l’élimination des graisses. C’est le facteur limitant dans toutes les légumineuses et par conséquent un des acides aminés qu’il va falloir surveiller en terme d’apports chez les végétariens. On le trouve naturellement dans la viande, le poisson, les produits laitiers et les céréales complètes. Côté supplément, il se trouve accompagné des autres facteurs lipotropiques : la choline, l’inositol et la bétaïne ou encore sous forme de SAMe (S-adénosylMéthionine).

La L-tryptophane : cet acide aminé est précurseur de sérotonine et mélatonine, les hormones du bien-être, de l’appétit et du sommeil. Il a été démontré que la sérotonine jouait un rôle essentiel dans la perte de poids, de plus la sérotonine est un excellent coupe faim, ce qui peut s’avérer très utile en période de sèche ou de perte de poids. Le tryptophane se trouve aisément dans les graines de courges et les produits laitiers. Vous le trouverez sous forme de supplément sous ce nom ou sous la dénomination 5-http (5-hydroxytryptophane) qui n’est autre que la forme intermédiaire entre le tryptophane et la sérotonine.

La L-valine, la L-leucine et la L-isoleucine : ces trois acides aminés sont dit « branchés » et forment le fameux groupe des BCAA, bien connu dans le monde du sport. Très souvent conseillés ensemble dans les suppléments alimentaires pour améliorer les performances sportives,  ils peuvent aussi être recommandés pour soutenir le foie en cas de cirrhose. Ils se trouvent naturellement dans les produits laitiers et la viande rouge. Pour en savoir plus : les BCAA et la musculation.

La L-phénylalanine : cet acide aminé peut être converti dans l’organisme en L-tyrosine, un autre acide aminé, lui-même précurseur d’adrénaline, noradrénaline et dopamine. La L-phénylalanine peut aussi être convertie en phényléthylamine, une substance qui se produit naturellement dans le cerveau et qui serait modulateur de l’humeur. Cet acide aminé se trouve facilement dans les produits laitiers et les foies d’animaux.

La L-thréonine : cet acide aminé qui se trouve dans le veau, la dinde ou encore le thon est un peu moins connu que les autres. L’alimentation en apporte des quantités suffisantes et rares sont les déficiences en cet acide aminé indispensable.

Vous retrouverez l’ensemble de ces 8 acides aminés essentiels dans nos compléments alimentaires dans la catégorie complexe d’acides aminés.

Vous pouvez aussi en trouver certains au détail, comme dans le tryptophan de chez Scitec Nutrition, la leucine là aussi de chez Scitec. Vous retrouverez bien évidemment toute une gamme de BCAA, ainsi que d’autres acides aminés comme la glutamine, la taurine ou encore l’arginine, l’HMB ou encore la bêta-alanine.

Concernant la prise d’acides aminés, elle se fait généralement autour de l’entrainement, afin de stimuler la synthèse protéique durant l’effort, éviter le catabolisme musculaire et permettre une meilleure récupération. Vous pouvez aussi les prendre au coucher ou encore au petit déjeuner, si votre alimentation se trouve être déficitaire en acides aminés essentiels.

Si vous avez des questions concernant la prise d’acides aminés et/ou leur utilité, n’hésitez pas à contacter notre équipe.